Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Pôle emploi ou la fusion anpe assedic pour les nuls
  • : La vie de pôle emploi ou la fusion racontée par deux agents anpe et assedic.
  • Contact

Profil

  • La fusion pour les nuls
  • Blog interactif dédié aux 50.000 salariés de Pôle emploi
  • Blog interactif dédié aux 50.000 salariés de Pôle emploi

HELIUM 4

La revue mensuelle de la fusion pour les nuls


Version papier


N°1- Nov 2011

   HELIUM-4.png

 

 

 

 

 

 

 

 

N°2 Déc 2011

H2

 

N°3 Jan/Fev 2012

Helium-copie-1.JPG

Recherche

Archives

Culture

6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 15:53

tauxLe chômage frise les 10% en France et accuse un record chez les jeunes

AFP  6  décembre 2012

 

En hausse depuis mi-2011, la courbe du chômage que le gouvernement entend inverser d'ici fin 2013, frise désormais la barre symbolique des 10% d'actifs en métropole, et accuse un taux record chez les jeunes au troisième trimestre, selon les chiffres de l'Insee publiées jeudi.

Avec un taux de chômage de 9,9% en métropole (10,3% avec les départements d'Outre-mer) constaté en moyenne sur le trimestre, l'Insee considère désormais que 2,826 millions de personnes sont au chômage en France au sens des normes du Bureau international du Travail (BIT).

DOM compris, la cote d'alarme des 10% avait été dépassée dès le premier trimestre. La montée du chômage depuis cinq trimestres renvoie la France à un niveau sans équivalent depuis treize ans, celui du troisième trimestre 1999.

Plus généralement, que les personnes recherchent ou non activement un emploi, 3,6 millions de personnes ne travaillent pas mais souhaitent travailler en France métropolitaine, selon l'Insee.

Selon l'Insee, qui a révisé au passage légèrement à la hausse ses chiffres pour le deuxième trimestre, le taux de chômage a augmenté de 0,1 point par rapport au trimestre précédent et de 0,7 point en glissement annuel.

 

Aucune surprise, car "depuis un an, on n'a plus de créations d'emplois et la croissance de la population active se retrouve intégralement dans le chômage", observe Hervé Boulhol, économiste à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Cette photographie de l'Insee, projection établie sur la base d'une enquête auprès de 100.000 personnes, est déjà "un peu passée", souligne-t-il car "les données Eurostat pour le mois d'octobre suggèrent que le taux de chômage est déjà à 10,7% avec les DOM".

Par ailleurs, en octobre, 45.400 demandeurs d'emploi de plus sans aucune activité se sont inscrits à Pôle emploi, selon les statistiques parallèlement fournies fin novembre par le ministère du Travail.

taux de chômage à 24,2% pour les jeunes

Le gros point noir au troisième trimestre est le chômage des jeunes, qui bondit de 1,4 point, à 24,2% des actifs de cette classe d'âge, soit 671.000 jeunes entre 15 et 24 ans. Il s'agit d'"un niveau historique, plus haut que les précédents sommets de 2009" (NDLR: 23,6%), note Frédéric Tallet, de l'Insee.

Les jeunes femmes ont plus souffert (+2,6 pts) que les jeunes hommes (+0,4 pt) mais "sur un an, on observe une hausse plus forte chez les hommes", nuance M. Tallet, ces derniers occupant plus d'emplois dans l'intérim, là où la dégradation est la plus forte.

Les indicateurs détaillés montrent un recul des jeunes sur le marché de l'emploi, signe que la crise les "incite à poursuivre des études" pour M. Boulhol. Les seniors au contraire "sont toujours plus nombreux à travailler et dans la population active" (taux d'emploi en hausse de 3,2 pts sur un an) même si leur taux de chômage augmente (+0,4 pt sur un an).

Pour stopper le chômage - un "navire lancé à pleine vitesse" selon le ministre du Travail Michel Sapin - le gouvernement a accéléré les mesures: "chaque jour compte", a souligné le 28 novembre le président François Hollande.

Pour les jeunes d'abord. Les premier emplois d'avenir ont été signés en novembre (objectif 150.000 d'ici 2014). Mercredi prochain sera présenté au Conseil des ministres le projet de loi sur les contrats de génération. Pour donner un peu d'air aux entreprises, le pacte de compétitivité est attendu dès janvier.

La réforme du marché du travail, également voulue par le gouvernement, sera "cruciale", pour l'économiste de l'OCDE. "Depuis un an, un tiers des 27 pays de l'UE ont vu leur chômage baisser, notamment l'Allemagne, signe que les économies et les marchés du travail n'ont pas les mêmes capacités d'adaptation", souligne-t-il.

Les partenaires sociaux, qui se réunissaient de nouveau jeudi, ont une "opportunité unique de réformer en profondeur le marché du travail en lui donnant plus de flexibilité et en sécurisant les parcours entre emplois", estime-t-il.

  Copyright © 2012 AFP.

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 22:25

 

Action-pole-emploi-2.jpg

Le chômage grimpe encore, Pôle emploi revoit le suivi des chômeurs

La Tribune  27 novembre 2012

 

Sans surprise, pour le dix-huitième mois consécutif le nombre des demandeurs d'emploi a continué de croître en octobre. Le nombre des chômeurs (catégorie "A") a progressé de 45.400 soit, +1,5% sur un mois (France métropolitaine). Si l'on tient compte des demandeurs d'emploi ayant exercé une activité partielle en novembre, l'évolution est de 1,6% (+71.500) soit 4.587.000 inscrits. Pour faire face à cet afflux, Pôle emploi est en passe de finaliser un niveau dispositif d'accompagnement des chômeurs, plus ou moins appuyé selon que le demandeur d'emploi se trouve en difficulté ou non.

Dix-huit mois!!! Fin octobre, pour le dix-huitième mois consécutif, le nombre des demandeurs d'emploi a progressé en France. Certes, le président de la République, suivi par son gouvernement, a prévenu: il ne faut pas compter sur une inversion de la tendance avant, au mieux, la fin 2013. Un exercice de lucidité nécessaire, vu la conjoncture morose. Il n'empêche, chaque publication mensuelle des statistiques sur le chômage continue de faire mal. Fin octobre, selon les dernières données du ministère du Travail publiées ce mardi 27 novembre, il y avait 3.352.700 demandeurs d'emplois inscrits en catégorie "A" (y compris Dom), soit une progression de 1,4% sur un mois et surtout de 10,2% sur un an .


 

45.400 chômeurs de plus en un mois en France métropolitaine


Pour la seule France métropolitaine, le nombre des demandeurs d'emploi en catégorie "A" progresse de 45.400 sur un mois (soit +1,5%) et de 10,6% sur un an.
Si, cette fois, l'on ajoute également les demandeurs d'emploi qui ont exercé une activité réduite durant le mois, le nombre des chômeurs (y compris Dom) s'élève à 4.870.800 (catégories "A, B et C), soit une hausse de 9,2% sur un an. Et avec la conjoncture morose, pas de miracle non plus s'agissant de la durée du chômage. Le chômage de longue durée (plus d'un an) concerne maintenant 1.775.800 personnes, soit une progression impressionnante de 11,5% en un an.


Faute de croissance, le gouvernement table sur les emplois aidés et le crédit d'impôt pour freiner la hausse du chômage


Des données toujours aussi déprimantes donc. Le gouvernement fait le dos rond en attendant des jours meilleurs. Pour ralentir la hausse, il compte bien entendu sur ses différentes "armes" anti-chômage. Les contrats aidés, d'abord. Dont les 100 000 contrats d'avenir (réservés au secteur non marchand) prévus pour 2013. Le rythme de signatures de ces contrats est déjà assez élevé. Le contrat de génération ensuite (dans le secteur marchand) qui va permettre en 2013 d'inciter les entreprises à recruter un jeune tout en gardant un senior dans son emploi. Le soutien à l'économie, ensuite. Avec, en premier lieu, le pacte de compétitivité et son fameux crédit d'impôt en faveur de la compétitivité et de l'emploi (CICE). Un crédit d'impôt qui sera d'autant plus favorable pour les entreprises que leur masse salariale (pour les salaires inférieurs à 2,5 Smic) sera élevée. La réforme du marché du travail , enfin. Le gouvernement attend beaucoup des partenaires sociaux dans le cadre de la grande négociation qu'ils ont engagé pour fluidifier les règles régissant l'emploi. Normalement, patronat et syndicats doivent avoir abouti pour le 31 décembre...


3 niveaux  de suivi différents à  Pôle emploi pour les chômeurs


En attendant, pour faire face à cet afflux de demandeurs d'emploi, Pôle emploi est en passe de finaliser son nouveau dispositif d'accompagnement des chômeurs, baptisé "suivi différencié". Après évaluation, les demandeurs d'emploi seront divisés en trois catégories. Les chômeurs les plus éloignés de l'emploi seront considérés comme prioritaires. Ils bénéficieront d'un accompagnement renforcé, assuré par des conseillers qui ne pourront pas suivre plus de 70 dossiers au total. Actuellement, grosso modo, un agent de Pôle emploi suit 160 chômeurs. A un second niveau, on trouvera des chômeurs en moindre difficulté. Eux, auront droit à un accompagnement "guidé" dont les modalités seront arrêtées avec le conseiller. A ce niveau, chaque conseiller ne devra pas suivre plus de 150 chômeurs. Enfin, au troisième niveau, se situeront les demandeurs d'emploi semblant les plus autonomes et les plus proches de l'emploi. Ils feront l'objet d'un simple suivi administratif avec un rendez-vous en agence limité à tous les 4 mois environ. Un conseiller suivrait au maximum 350 dossiers ce type.

 

bandeau info

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 23:02

soucieux.jpg

 

26 septembre 2012: Les chiffres de la DARES

 

-------------------------------------------------------------

 

Pôle emploi est saturé


FR3 Midi-Pyrénées  26 septembre 2012

 

Ambiance au Pôle emploi de Toulouse. Vidéo

 

--------------------------------------------

 

  On n'arrive plus à faire notre métier"

Europe1  26 septembre 2012

 

Depuis la rentrée, Pôle emploi est presque uniquement centré sur les inscriptions de nouveaux chômeurs. "On n'a plus le temps de faire le reste", confie à Europe 1 des conseillers. Ce sont donc les chômeurs plus anciens qui en pâtissent.

Ainsi, dans cette agence de proche banlieue parisienne, les conseillers ont pris l'habitude de sous-traiter. De manière informelle, ils envoient les demandeurs d'emploi sur le trottoir d'en face, dans une petite association, pour les aider à refaire leur CV. "On n'arrive plus à faire notre métier", confirment les agents.

 

"On n'est pas assez nombreux"

C'est également le cas en dehors de Paris. La situation est tendue partout, comme dans cette ville moyenne située à 150 kilomètres de Paris. Une chef d'agence a confié de manière anonyme à Europe 1 ses difficultés à faire face à l'afflux massif et régulier des nouveaux demandeurs d'emploi.

"D'habitude, on a à peu près quatre à cinq conseillers pour l'inscription. En ce moment, on tourne à treize. On n'est pas assez nombreux pour suivre tout le monde, c'est certain. Mes conseillers ont entre 180 et 200 demandeurs d'emploi chacun à gérer, ils en voient certains, mais pas tous", assure la chef d'agence interrogée par Europe 1.

Un service réduit

Les renforts annoncés par le gouvernement en juillet ne devraient pas changer grand chose. Les 2.000 recrues ne seront en poste qu'en novembre et, surtout, ces nouveaux arrivés compensent seulement les 1.800 postes supprimés l'année dernière.

La solution qu'ont trouvée les agents est finalement simple : ils ont réduit le service. Les chômeurs ne sont plus reçus tous les mois, par exemple.

 

-----------------------------------------------

 

Le bonus LA FUSION POUR LES NULS

 

 


 bandeau info
Partager cet article
Repost0
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 19:48

Le chômage poursuit sa progression

1929.jpg

Très forte hausse du chômage au mois de juillet

Le Figaro  27 août 2012

Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A a bondi de 43.300 en juillet, à 2,98 millions de personnes. C'est la plus forte hausse depuis avril 2009.

Le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A (sans aucun emploi) à Pôle emploi a bondi de 41.300 en juillet. Il s'agit de la plus forte hausse enregistrée depuis avril 2009. Pis, cette progression - la 15e d'affilée - est 2,5 fois plus forte que la moyenne des augmentations sur l'ensemble du premier semestre 2012 et augure mal des mois à venir. Sauf renversement de tendance plus qu'improbable, le cap symbolique des 3 millions de chômeurs sera largement dépassé dans un mois, pour les données relatives à la fin août. Pôle emploi comptabilisait fin juillet 2.987.100 demandeurs d'emploi dans la catégorie de référence, en progression de 8,5% sur un an.

La note est encore plus salée si on ajoute les demandeurs d'emploi en activité plus ou moins réduite (catégories B et C): +58.300 fin juillet. Il s'agit, pour ces trois catégories, de la 18e hausse d'affilée, du jamais vu là encore depuis plus de trois ans. Au total, Pôle emploi recensait fin juillet 4.453.800 chômeurs en catégories A, B et C, en progression de 7,9% sur un an. Un record!

Baisse des sorties de Pôle emploi

Pas une classe d'âge n'échappe à la forte hausse estivale, à commencer par les jeunes (-25 ans) et les seniors (+50 ans), qui voient leur nombre de demandeurs d'emploi augmenter respectivement de 1,4 et 1,8% sur un mois. Il s'agit, pour les +50 ans, de la 40e hausse en 42 mois! La situation se complique également un peu plus pour les chômeurs de longue durée (sans emploi depuis plus d'un an), dont le nombre progresse de 1,4%, à plus de 1,7 million. Cette catégorie représente désormais 38,4% de l'ensemble des demandeurs d'emploi, soit une proportion en progression de 8 points en trois ans. Sans surprise, les inscrits depuis plus de trois ans (les «très longue durée») sont les plus mal lotis: +1,9% sur un mois et +21,8% sur un an!

La hausse de juillet est en grande partie due à l'effondrement du nombre de sorties de Pôle emploi enregistrée, passée de 485.200 en juin à 466.700 le mois dernier. Soit un delta de 18.500. Tous les items de sortie sont en baisse: pour reprise d'emploi (-5,9%), entrée en stage (-13%), arrêt de recherche (-6,4%) ou encore radiation (3,7%).

Derniers indicateurs inquiétants: les offres d'emploi collectées et satisfaites qui ont plongé en juillet sur un mois, respectivement de 7,7% et 5%.

 

Les chiffres officiels de la DARES

 

bandeau info

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 22:45

Moyenne dans la zone Euro: 11,2%

L'Espagne et la Grèce sont dans le rouge

Eurostat.JPG

 

bandeau info

Partager cet article
Repost0
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 18:57

"Des moyens supplémentaires seront bientôt annoncés pour Pôle emploi"

Sapin7.jpg

 

Communiqué du gouvernement sur le site de la DARES  26 juin 2012

 

Les chiffres des demandeurs d’emploi pour le mois de mai publiés aujourd’hui par Pôle Emploi et la DARES montrent une forte augmentation : +1,2% pour les demandeurs d’emploi de catégorie A (soit 33 300 demandeurs d’emploi supplémentaires), +0,7% pour ceux de catégorie A, B et C. Sur un an, la progression est respectivement de + 8% (soit 215 700 demandeurs d’emploi supplémentaires) et + 6,4%.

 

Ces chiffres confirment une tendance très négative, artificiellement atténuée ces derniers mois par la concentration des contrats aidés sur le 1er semestre et le retard de l’annonce de nombreux plans sociaux.

 

Face à cette situation, le Gouvernement entend agir de façon vigoureuse, pour faire face à l’urgence sociale mais aussi préparer l’avenir en agissant de façon structurelle pour l’emploi et la formation. Malgré un contexte budgétaire que chacun sait très contraint, le Gouvernement a d’ores et déjà décidé de mobiliser 80 000 contrats aidés supplémentaires en 2012, revenant sur les choix budgétaires de la précédente majorité. En outre, des moyens supplémentaires seront bientôt annoncés pour Pôle Emploi. Enfin, dans chaque région, les commissaires au redressement productif permettront d’accompagner plus efficacement les entreprises en difficultés pour limiter les plans sociaux.

 

Au-delà, la Grande Conférence sociale des 9 et 10 juillet, dont les travaux de préparation sont engagés avec les partenaires sociaux, aboutira à la définition d’un agenda social commun. Elle permettra d’engager, par la concertation ou par la voie de la négociation, la mise en oeuvre des engagements présidentiels et des initiatives nécessaires et favorables à l’emploi.

 

Enfin, l’emploi sera au rang des priorités dans la préparation du budget 2013 et dans l’action gouvernementale : les moyens de fonctionnement et d’intervention du Service Public de l’Emploi seront préservés pour maintenir l’effort en faveur de la lutte contre le chômage.

 

Les chiffres de la DARES pour mai 2012

 

bandeau info

Partager cet article
Repost0
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 20:43

 

xavier-bertrand-ministre-du-travail-2408405_1378-1-.jpgDe façon générale, les chiffres ne sont pas bons


 Communiqué de la DARES  26 avril 2012


Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A s’établit à 2 884 500 en France métropolitaine fin mars 2012. Ce nombre est en hausse par rapport à la fin février 2012 (+0,6 %, soit +16 600). Sur un an, il croît de 7,2 %.
Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories B et C s’établit à 1 424 800 en France métropolitaine fin mars 2012. En mars, le nombre de ceux de catégorie B diminue de 0,4 % (+4,7 % sur un an) et le nombre de ceux de catégorie C est en hausse de 1,9 % (+4,8 % sur un an).
Au total, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B, C s’établit à 4 309 300 en France métropolitaine fin mars 2012 (4 582 000 en France y compris Dom). Ce nombre est en hausse de 0,7 % (+30 700) au mois de mars. Sur un an, il augmente de 6,4 %.
Le nombre de personnes inscrites à Pôle emploi en catégories D et E s’établit à 611 100 en France métropolitaine fin mars 2012. En mars, le nombre d’inscrits en catégorie D est en hausse de 0,3 % et le nombre d’inscrits en catégorie E augmente de 0,4 %

 

Demandeurs d’emploi selon le sexe et l’âge


En France métropolitaine, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A augmente au mois de mars 2012 de 0,4 % pour les hommes (+7,2 % sur un an) et de 0,8 % pour les femmes (+7,1 % sur un an).
Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A de moins de 25 ans est en hausse de 0,9 % en mars (+5,2 % sur un an). Le nombre de demandeurs d’emploi de cette catégorie âgés de 25 à 49 ans augmente au mois de mars de 0,3 % (+5,1 % sur un an) et celui des demandeurs d’emploi de 50 ans et plus s’accroît de 1,1 % (+15,6 % sur un an).
Parmi l’ensemble des demandeurs d’emploi de catégories A, B, C, en France métropolitaine, le nombre d’hommes augmente de 0,8 % en mars (+6,1 % sur un an) et le nombre de femmes est en hausse de 0,7 % (+6,6 % sur un an). Le nombre de demandeurs d’emploi de catégories A, B, C de moins de 25 ans est en hausse de 1,2 % en mars (+4,3 % sur un an). Le nombre de ceux de 25 à 49 ans augmente de 0,5 % sur un mois (+4,5 % sur un an) et celui des demandeurs d’emploi de 50 ans et plus s’accroît de 1,1 % (+14,6 % sur un an).


Demandeurs d’emploi selon l’ancienneté d’inscription


En France métropolitaine, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégories A, B, C depuis un an ou plus augmente de 0,6 % au mois de mars 2012 (+7,0 % sur un an) et celui des inscrits depuis moins d’un an est en hausse de 0,8 % (+6,0 % sur un an).


Les entrées et sorties de Pôle emploi


En France métropolitaine, les entrées à Pôle emploi en catégories A, B, C baissent en mars (-1,6 % sur un mois, -0,7 % sur un an). Sur un mois, les entrées pour fins de contrat à durée déterminée (-4,0 %), fins de mission d’intérim (-5,6 %), licenciements économiques (-8,7 %), autres licenciements (-3,3 %), démissions (-3,3 %) et reprises d’activité (-8,5 %) sont en baisse. Les entrées pour premières entrées (+2,7 %) et pour autres cas (+2,5 %) sont en hausse.
En France métropolitaine, les sorties de catégories A, B, C sont en baisse de 2,6 % sur un mois (-5,2 % sur un an). Sur un mois, les sorties pour reprises d’emploi déclarées (+4,6 %), entrées en stage (+10,0 %), arrêts de recherche (+3,9 %), radiations administratives (+6,7 %) et autres cas (+2,9 %) sont en hausse. Les sorties pour cessations d’inscription pour défaut d’actualisation (-12,3 %) sont en baisse.


Les offres collectées et satisfaites par Pôle emploi


Le nombre des offres d'emploi collectées par Pôle emploi augmente de 0,7 % au mois de mars 2012 en France métropolitaine (-6,0 % sur un an). Sur un mois, les offres collectées d’emplois durables (plus de six mois) baissent de 0,9 %, tandis que les offres collectées d’emplois temporaires (entre un et six mois) et d’emplois occasionnels (moins d’un mois) augmentent (respectivement de +1,3 % et +4,0 %).
En mars, le nombre des offres d’emploi satisfaites augmente en France métropolitaine de 1,9 % (-5,6 % sur un an). Sur un mois, les offres satisfaites d’emplois durables baissent de 5,9 %, tandis que les offres satisfaites d’emplois temporaires et d’emplois occasionnels sont en hausse (respectivement de +4,0 % et +20,7 %).


Demandeurs d’emploi ayant un droit payable au RSA


En France métropolitaine, au mois de mars 2012, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A et ayant un droit payable au Revenu de solidarité active (RSA) est de 549 100 (soit 18,9 % des demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A, données brutes).
Au mois de mars 2012, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégories A, B, C et ayant un droit payable au RSA est de 681 400 (soit 15,7 % des demandeurs d’emploi inscrits en catégories A, B, C, données brutes).
Les entrées à Pôle emploi en catégories A, B, C des bénéficiaires ayant un droit payable au RSA sont de 76 200 au mois de mars 2012 (soit 17,6 % des entrées en catégories A, B, C, données brutes). Les sorties de Pôle emploi en catégories A, B, C des bénéficiaires ayant un droit payable au RSA sont de 75 400 au mois de mars 2012 (soit 16,4 % des sorties en catégories A, B, C, données brutes).

 

bandeau info

Partager cet article
Repost0
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 21:07

"Le ralentissement de la hausse se confirme" selon XB

chomage2.jpg

 

DEMANDEURS D’EMPLOI INSCRITS ET OFFRES COLLECTÉES PAR PÔLE EMPLOI EN FÉVRIER 2012


(Communiqué de la DARES)
 
Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A s’établit à 2 867 900 en France métropolitaine fin février 2012. Ce nombre est en hausse par rapport à la fin janvier 2012 (+0,2 %,soit +6 200). Sur un an, il croît de 6,2 %.
Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories B et C s’établit à 1 410 700 en France métropolitaine fin février 2012. En février, le nombre de ceux de catégorie B augmente de 2,4 % (+6,7 % sur un an) et le nombre de ceux de catégorie C est en hausse de 0,1 % (+4,0 % sur un an).
Au total, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B, C s’établit à 4 278 600 en France métropolitaine fin février 2012 (4 547 300 en France y compris Dom). Ce nombre est en hausse de 0,5 % (+20 400) au mois de février. Sur un an, il augmente de 5,8 %.
Le nombre de personnes inscrites à Pôle emploi en catégories D et E s’établit à 608 700 en France métropolitaine fin février 2012. En février, le nombre d’inscrits en catégorie D baisse de 0,3 % et le nombre d’inscrits en catégorie E est stable.
 
Demandeurs d’emploi selon le sexe et l’âge


En France métropolitaine, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A augmente au mois de février 2012 de 0,7 % pour les hommes (+6,4 % sur un an) et diminue de 0,3 % pour les femmes (+6,0 % sur un an).
Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A de moins de 25 ans est en baisse de 0,2 % en février (+3,5 % sur un an). Le nombre de demandeurs d’emploi de cette catégorie âgés de 25 à 49 ans est en baisse de 0,1 % au mois de février (+4,2 % sur un an) et celui des demandeurs d’emploi de 50 ans et plus augmente de 1,4 % (+15,3 % sur un an).
Parmi l’ensemble des demandeurs d’emploi de catégories A, B, C, en France métropolitaine, le nombre d’hommes augmente de 0,6 % en février (+5,3 % sur un an) et le nombre de femmes est en hausse de 0,3 % (+6,4 % sur un an). Le nombre de demandeurs d’emploi de catégories A, B, C de moins de 25 ans est en hausse de 0,3 % en février (+2,9 % sur un an). Le nombre de ceux de 25 à 49 ans augmente de 0,2 % sur un mois (+4,0 % sur un an) et le nombre de ceux de 50 ans et plus s’accroît de 1,3 % (+14,6 % sur un an).


Demandeurs d’emploi selon l’ancienneté d’inscription


En France métropolitaine, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégories A, B, C depuis un an ou plus augmente de 0,8 % au mois de février 2012 (+6,9 % sur un an) et celui des inscrits depuis moins d’un an est en hausse de 0,3 % (+5,2 % sur un an).


Les entrées et sorties de Pôle emploi


En France métropolitaine, les entrées à Pôle emploi en catégories A, B, C baissent en février (-0,7 % sur un mois, +1,1 % sur un an). Sur un mois, les entrées pour fins de contrat à durée déterminée (-0,3 %), licenciements économique (-9,9 %), autres licenciements (-0,2 %), démissions (-3,8 %), premières entrées (-4,3 %) et reprises d’activité (-3,1 %) sont en baisse. Les entrées pour fins de mission d’intérim (+0,9 %) et pour autres cas (+0,7 %) sont en hausse.
En France métropolitaine, les sorties de catégories A, B, C sont en baisse de 1,8 % sur un mois (-3,0 % sur un an). Sur un mois, les sorties pour reprises d’emploi déclarées (-5,9 %), arrêts de recherche (-2,1 %) et cessations d’inscription pour défaut d’actualisation (-2,8 %) sont en baisse. Les sorties pour entrées en stage (+1,8 %), radiations administratives (+5,8 %) et autres cas (+2,0 %) sont en hausse.


Les offres collectées et satisfaites par Pôle emploi


Le nombre des offres d'emploi collectées par Pôle emploi baisse de 2,3 % au mois de février 2012 en France métropolitaine (-9,4 % sur un an). Sur un mois, les offres collectées d’emplois durables (plus de six mois) et d’emplois temporaires (entre un et six mois) sont en baisse (respectivement -4,2 % et -4,3 %), tandis que les offres collectées d’emplois occasionnels (moins d’un mois) augmentent de 13,9 %.
En février, le nombre des offres d’emploi satisfaites baisse en France métropolitaine de 4,4 % (-6,8 % sur un an). Sur un mois, les offres satisfaites d’emplois durables, d’emplois temporaires et d’emplois occasionnels sont toutes en baisse (respectivement -3,6 %, -4,1 % et -8,1 %).


Demandeurs d’emploi ayant un droit payable au RSA


En France métropolitaine, au mois de février 2012, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A et ayant un droit payable au Revenu de solidarité active (RSA) est de 547 400 (soit 18,2 % des demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A, données brutes).
Au mois de février 2012, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégories A, B, C et ayant un droit payable au RSA est de 671 500 (soit 15,4 % des demandeurs d’emploi inscrits en catégories A, B, C,données brutes).
Les entrées à Pôle emploi en catégories A, B, C des bénéficiaires ayant un droit payable au RSA sont de 73 200 au mois de février 2012 (soit 17,1 % des entrées en catégories A, B, C, données brutes). Les sorties de Pôle emploi en catégories A, B, C des bénéficiaires ayant un droit payable au RSA sont de 72 100 au mois de février 2012 (soit 16,6 % des sorties en catégories A, B, C, données brutes).

 

 

Les chiffres complets de la DARES

 

bandeau info

 


Partager cet article
Repost0
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 01:55

xavier-bertrand-ministre-du-travail-2408405_1378-1-.jpgLe nombre des demandeurs d'emploi a encore augmenté en janvier

L'Expansion  24 février 2012

Le nombre d'inscrits à Pôle emploi sans aucune activité a progressé de 0,5% en janvier à 2,861 millions de personnes. Il s'agit du cinquième mois de hausse consécutif.

Le nombre de demandeurs d'emploi sans activité en France métropolitaine a progressé en janvier pour le cinquième mois d'affilée pour atteindre 2,861 millions de personnes, soit 13.400 de plus qu'en décembre (+0,5%), a annoncé vendredi le ministère du Travail. En incluant ceux qui exercent une activité réduite, 4,258 millions de demandeurs d'emploi au total cherchaient un travail, soit une hausse de 4.800 personnes (+0,1%), selon ces chiffres de la Dares.

Celle-ci a procédé à une correction des variations saisonnières, comme chaque année en janvier explique l'organisme, ayant eu pour effet notamment de réviser à la baisse les chiffres de décembre. Quelque 26.200 demandeurs d'emploi sont ainsi sortis des statistiques de décembre publiées en janvier.

Fin janvier, en tenant compte cette fois des Départements d'outre-mer (DOM), 4.525.900 demandeurs d'emploi étaient recensés, avec ou non une activité réduite (catégories A, B et C).

La dégradation a été moins forte en janvier qu'elle ne l'avait été les mois précédents (plus de 29.000 demandeurs de plus en décembre et novembre, 34.000 en octobre) mais sur un an, la hausse du nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A (sans activité) dépasse les 6,2% en France métropolitaine. La hausse est de 5,5% pour les catégories A, B et C sur un an.


Le chômage longue durée augmente fortement

Pour les hommes demandeurs d'emploi sans activité, la dégradation observée est restée dans la moyenne forte des mois précédents (+1%). En revanche, la situation des femmes demandeurs d'emploi se stabilise, puisque leur nombre a baissé de 0,1% en un mois. Les deux catégories d'ordinaire les plus touchées, jeunes et seniors, ont été les plus épargnés.

Le nombre de demandeurs d'emplois de moins de 25 ans est en baisse de 0,6% en janvier, ralentissant la hausse observée sur 1 an (+3,3%). Les seniors sont eux aussi moins nombreux (-0,5%) à s'être inscrits à Pôle emploi.

Point noir au tableau, le nombre des demandeurs d'emploi de très longue durée (3 ans ou plus) augmente lui de 1,4% et celui des inscrits depuis plus d'un an est dans l'augmentation moyenne (0,5%). Ainsi, on dénombrait en janvier 1.758.700 demandeurs d'emploi inscrits depuis plus d'un an sur les 4.525.900 personnes en quête d'emploi en métropole (catégorie A, B et C).

 

Publication de la DARES: DARES fevrier 2012 DARES fevrier 2012

 

bandeau info.

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 20:17

La file des demandeurs d'emploi s'est encore allongée en novembre

file.jpg

 

AFPAFP  26 décembre 2011

 

Les rangs des demandeurs d'emploi ont encore grossi en novembre, pour le septième mois consécutif, avec 29.900 personnes de plus, sans aucune activité, inscrites à Pôle emploi et même 51.800 en comptabilisant celles ayant eu une activité réduite, selon les chiffres du ministère du Travail publiés lundi.

En France métropolitaine, 2.844.800 demandeurs d'emploi étaient sans activité fin novembre (+1,1% sur un mois, +5,2% en un an), un niveau inégalé depuis les 2,849 millions recensés en novembre 1999.

En incluant les demandeurs d'emploi exerçant une activité réduite, 4.244.800 personnes étaient en quête de travail (+1,2% sur un mois, +5,6% sur un an) -- 4.510.500 avec les départements d'outre-mer -- un nombre qui pourrait encore augmenter dans les mois à venir.

"On prévoit une croissance nulle pour les 18 mois à venir et donc, naturellement, les entreprises n'embauchent pas et cherchent au contraire à diminuer leur personnel", a expliqué Henri Sterdyniak, économiste à l'OFCE, à l'AFP-TV.

"Pour 2012, on s'attend à une année tout à fait catastrophique. On s'attend à finir l'année avec un taux de chômage de l'ordre de 10,7%", a-t-il ajouté.

Le ministre du Travail et de l'Emploi, Xavier Bertrand a récemment repoussé la perspective d'un chômage à 10,4% fin 2012 comme le prévoit l'OCDE.

Néanmoins, le ministre ne prétend plus que le taux de chômage, qui a grimpé à 9,3% au troisième trimestre, sera repassé sous la barre des 9% à la fin de l'année. Il insiste sur le fait que les efforts du gouvernement, compliqués par la résurgence de la crise, vont finir par porter leurs fruits.

Lundi, il a simplement "pris acte" de la nette hausse du nombre de demandeurs d'emploi, y voyant une "conséquence directe du ralentissement de l'activité économique" et assurant qu'il restait "entièrement mobilisé".

De nombreux économistes estiment cependant difficile d'endiguer la hausse du chômage dans le contexte d'austérité actuel.

Face à l'urgence, le président Nicolas Sarkozy a convoqué pour le 18 janvier un sommet sur l'emploi, que la CFDT notamment réclamait depuis l'annonce, l'été dernier, du premier plan de rigueur concocté par le gouvernement.

"Le sommet pour l'emploi, en lui-même, sera un bon signal pour la confiance (...) car ce qui pénalise aujourd'hui les embauches, c'est moins la situation économique que pas assez de visibilité, pas assez de confiance", juge Marie-Claire Carrère-Gée, présidente du Conseil d'orientation pour l'emploi (COE).

Mme Carrère-Gée se dit convaincue que "l'Etat et les partenaires sociaux sauront agir vite et efficacement, comme en 2008-2009" avec par exemple des mesures en faveur de la simplification du chômage partiel, pour aider les TPE à embaucher ou augmenter les contrats aidés.

"Il faut un sommet social où le gouvernement fasse des efforts avec des choses très concrètes", plaide pour sa part Laurent Berger, secrétaire national CFDT en charge des questions d'emploi. Car "même si on ne s'attendait pas à un cadeau du Père Noël, les chiffres sont très, très mauvais", a-t-il relevé auprès de l'AFP.

"Il faudrait naturellement un certain changement de politique économique", souligne de son côté Henri Sterdyniak, qui pose un certain nombre de questions: "faut-il encore continuer à reporter actuellement l'âge de la retraite alors qu'il n'y a pas d'emploi ? Faut-il continuer à diminuer les emplois dans la fonction publique alors qu'il y a beaucoup de chômeurs ? Est-ce qu'il faut continuer à subventionner les heures supplémentaires ? Sans doute pas".

Il suggère aussi de relancer "ce qui marche en Allemagne", le chômage partiel.

 

Copyright © 2011 AFP

 

Tout le détail des chiffres: DARES Novembre 2011 DARES Novembre 2011

 

bandeau info

Partager cet article
Repost0